Contemporain·Littérature

Plus immortelle que moi

J’ai découvert l’auteure, Sophie Henrionnet, avec ce livre, choisi uniquement pour son résumé. A sa lecture je me suis dit que ça allait être quitte ou double, que ça pouvait prendre ou pas du tout, mais je le sentais bien, j’ai voulu tenter ! Pari gagnant, j’ai carrément accroché !
Le livre sortant tout juste, comme pour Noir, je vous mets le résumé.

Résumé de l’éditeur

Comment Mathilde, la petite quarantaine ordinaire, s’est-elle retrouvée enfermée dans un « institut de repos » ?
À quel moment la vie de cette pharmacienne mariée et mère d’un adorable adolescent a-t-elle basculé ?
Sur les conseils de sa psychiatre, Mathilde tient un journal. Peu à peu, la parole se libère. Elle livre ses états d’âme et souvenirs d’enfance — la cruauté dont elle a fait preuve à l’encontre de son frère Charly —, son quotidien chez les fous avec une infirmière détestable qu’elle a surnommée Moustache, mais aussi sa rencontre marquante avec une certaine Daphné… L’héroïne parviendra-t-elle à rassembler toutes les pièces de ce puzzle, chasser ses démons et affronter la vérité ?
Un roman mené tambour battant, tel un jeu de dupes addictif, au dénouement inattendu.

Ce que j’en pense

Dès le départ nous sommes propulsés dans l’intimité de Mathilde via le journal qu’elle tient, faute de ne pouvoir s’exprimer autrement sur les évènements qui l’ont conduit là où elle en est, physiquement et mentalement, en résumé enfermée. Il s’agit bien de la lecture de son journal, mais à aucun moment on ne ressent un côté voyeuriste. J’ai aimé le ton sur lequel c’est écrit, teinté d’une pointe d’humour, on sent l’envie de partage de la narratrice, la lecture est très fluide, j’ai dévoré ce livre !

Parce que la salade de fruits ça va cinq minutes, mais le chocolat c’est la vie.

Comme c’est un journal, il n’y a pas de conversations, pas d’échanges avec d’autres interlocuteurs. Ce qui d’habitude me gêne dans certains livres quand c’est long et très descriptif, à un moment on a envie, enfin moi, j’ai envie de souffler, que la lecture soit plus légère, ce qui fonctionne quand arrive un peu de dialogues. Ici, même s’il n’y a pas de conversations, j’ai retrouvé cette légèreté parce que finalement c’est un monologue, voire presque un dialogue que le personnage aurait avec nous.

C’est curieux, mais vous l’avez sans doute déjà remarqué, on nie toujours par réflexe lorsqu’on est pris de court.

J’ai beaucoup aimé le déroulé, le cheminement des souvenirs du personnage. Tout n’arrive pas dans l’ordre mais il y a une certaine logique dans la réflexion du personnage tendant vers la « guérison », il est aussi fait pour nous dévoiler les évènements au fur et à mesure. Ce qui nous tient en haleine du début à la fin du livre. Parce qu’évidemment on veut savoir : que s’est-il passé ?, est-ce qu’il y a eu un élément déclencheur ?, un cumule ?, quelle est l’ampleur du problème ?, mais surtout quelle est le problème ? Parce que notre personnage semble bien trop sain d’esprit pour se retrouver là où elle est, sans même en vouloir à son entourage. En lisant, je me suis demandée si tout ça ne nous préparait pas au plus terrible, l’imagination peut vite galoper, parce que finalement pourquoi finir en « institut de repos » si rien n’est arrivé, ça voudrait dire que la porte d’entrée est ouverte à tous. Quant à la porte de sortie, c’est une autre histoire….
Arrivée au ¾ du livre, il a bien fallu faire une petite pause. Un petit moment de réflexion et j’ai compris ! J’ai bien sûr terminé le livre pour confirmer ma théorie, et même sans mettre trompée, la lecture est restée tout aussi palpitante et addictive jusqu’à la fin.

En conclusion

Lecture rapide et addictive, j’ai passé un bon moment, je recommande.

Merci aux Editions du Rocher et à Netgalley de m’avoir permis de lire ce livre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s